Recherche simple
Chercher le(s) terme(s) dans Trier par
  
  119 / 0
P086
Fonds Robert Chabot
- [Après 1852], 1854-1970, 1974-1975, 1984. - 24 documents textuels. - 74 photographies.

Notice biographique :
Alphonse Chabot (29 octobre 1869 - 26 juillet 1930), était marié à Alphonsine Marcoux. Il fit construire son moulin sur le ruisseau Chabot, où il fonda son entreprise de transformation de bois au début du XXe siècle.

Son fils Antonio naît à Saint-Charles en 1903. Il épouse Eva Laflamme en 1926. De leur union naîtront sept enfants : Raymond (il ne vécut que quelques jours), Marie-Antoinette, Monique, Robert, Georgette, Denise et Pierre. Antonio prend la relève de son père en 1930, mais, désintéressé au commerce et souffrant d'un manque de main-d'oeuvre, il cessa les activités du moulin et du magasin général en 1943. Lors de la faillite de la Caisse Populaire de Saint-Charles en 1931, il devint le gérant de la nouvelle caisse de 1933 à 1950. Vers 1947, il a transformé la grange familiale pour que sa femme soit en mesure d'y ouvrir une épicerie, qu'elle administra jusqu'à la vente de l'édifice à A.M. Roy dans les années 1960.

La principale source de revenus d'Antonio Chabot était la réparation de systèmes radiophoniques. Il possédait un atelier de réparation dédié aux radios qui était connu dans tout le comté et il avait une grande clientèle. Antonio Chabot possédait même une licence de radio amateur (VE2NG). Après qu'il ait été remercié par la caisse et qu'il ait cédé son atelier de réparation, il fut employé par le Gouvernement du Québec en tant que vérificateur. Enfin, durant 25 ans il était l'organiste bénévole de l'église de Saint-Charles.

Né en 1934 à Saint-Charles-de-Bellechasse, Robert Chabot entre à la Banque d'économie de Québec en 1953 - plus tard, elle deviendra la Banque Nationale. Au courant de sa vie, il occupa plusieurs postes; il fut d'ailleurs nommé directeur de la succursale 684 (Grande-Allée est Québec).

À l'origine, le moulin était muni d'un mouleur de grain et d'une scie pour le bois. Plus tard, les Chabot ont abandonné la moudre du grain pour se concentrer sur la transformation du bois, notamment pour la production de râteaux qu'ils vendaient jusqu'à Montréal. Du fait de l'importante production de cet outil, le moulin était surnommé le " Moulin à râteaux ". Les vestiges du mécanisme du moulin se trouvent toujours à leur emplacement original. La maison familiale se trouvait sur le lot 150 de Saint-Charles de Bellechasse.

Sources :
Jean-Paul Chabot et al. "250e anniversaire de Saint-Charles-de-Bellechasse 1749-1999", s.d., Saint-Charles, p.259.

Historique de la conservation :
Les documents ont été prêtés pour la numérisation - certains ont été légués - par Robert Chabot, fils d'Antonio Chabot, aux mois de novembre et décembre 2019, à Québec.

Portée et contenu :
Ce fonds traite de la famille Chabot de Saint-Charles (du côté d'Albert Chabot). Il contient entre autres des documents relatifs à l'entreprise de transformation de bois de leur moulin, ainsi que des images ayant trait à la municipalité de Saint-Charles.

On y retrouve des photographies de la famille et de la région de Bellechasse, deux livres de compte, des reçus, des ouvrages, des lettres de correspondance, et divers documents familiaux.


Notes :

Signatures et légendes :
Des inscriptions figurent au verso de certaines photographies.

Langue des documents :
Quelques documents sont en anglais.

Emplacement des originaux :
Quelques documents se trouvent chez Robert Chabot.

Retour à la page d'introduction        Choisir les critères de nouveauté