Recherche simple
Chercher le(s) terme(s) dans Trier par
  
  14 / 0
P065
Fonds Camillien St-Pierre
- 158 photographies. - 76 documents textuels.

Histoire administrative :
Fils de Charles Saint-Pierre et Élise Morin, Camillien Saint-Pierre est né en 1940 à Rivière-du-Loup. Son père Charles Saint-Pierre était forgeron et maréchal-ferrant. À l'époque, Camillien et ses frères et soeurs aidaient leur père dans ses tâches quotidiennes, mais Charles refusait toutefois que ses enfants ferrent les chevaux. Il fallait être expérimenté et fort physiquement pour ferrer les chevaux pour éviter de se retrouver dans de fâcheuses situations.

Toujours est-il que Camillien Saint-Pierre quitte sa ville natale dans les années 1950 dans le but de poursuivre ses études à Sainte-Foy. Au départ, Camillien entendait suivre une formation en médecine vétérinaire, mais aux prises avec un vilain problème de souffle au coeur, il n'était pas en mesure d'assurer de telles fonctions. Sans tarder, Camillien s'est alors tourné vers les sciences hospitalières. Dans ce sens, il a entamé des études à l'Université Laval de 1958 à 1961 dans le but d'obtenir son diplôme d'infirmier. Par la suite, il s'est spécialisé en neuropsychiatrie au cours des années 1960. Lorsqu'il a terminé ses études, Camillien a travaillé en tant qu'infirmier et chef d'unité pour les personnes ayant des troubles mentaux à l'hôpital Saint-Michel-Archange - aujourd'hui l'Institut universitaire en santé mentale de Québec (IUSMQ). En théorie, à l'époque, les hommes ne pouvaient pas recevoir leur licence en soins infirmiers. Ceux qui avaient étudié en sciences hospitalières pouvaient tout de même obtenir leur diplôme et pratiquer les soins infirmiers. Mais au bout du compte, ce n'est qu'en 1970 que les hommes pouvaient recevoir leur licence officielle en soins hospitaliers.

Camillien a aussi été enseignant durant de nombreuses années. Entre 1963 et 1964, puis de 1967 à 1969, il a entre autres enseigné les soins infirmiers théoriques et cliniques à l'École des infirmiers et infirmières de l'Hôtel-Dieu de Lévis. En 1965, Camillien s'est aussi impliqué dans la firme pharmaceutique suisse Geigy. Puis, c'est en 1969 qu'il commence véritablement à pratiquer les soins infirmiers généraux pour le Service des soins à domicile de Lévis inc qui oeuvre sur le territoire de Lévis et de Bellechasse. Il occupa ce poste jusqu'en 1973. De plus, il organise un service de soins infirmiers psychiatriques. Avec les changements apportés aux systèmes de santé et d'éducation dans les années 1960, Camillien obtient son B.E.S. (brevet d'enseignement spécialisé) en 1974 avant d'aller enseigner les soins infirmiers au cégep Lévis-Lauzon jusqu'en 1997. En plus de cela, Camillien a aussi été coordonnateur du département des soins infirmiers pendant quatre ans et président de la Commission pédagogique du Cégep Lévis-Lauzon.

En plus de tout cela, Camillien s'est beaucoup impliqué au sein de plusieurs organisations dans Bellechasse puis dans Lévis. Il s'est notamment impliqué dans le conseil d'administration de la fabrique de Beaumont entre 1971 et 1974 en plus d'avoir participé au Sommet socio-économique de Bellechasse en 1986. Avec la collaboration du Service des Incendies, Camillien a mis sur pied un service de premiers répondants sur le territoire de la municipalité de Beaumont en 1990. Le natif de Rivière-du-Loup a aussi participé à plusieurs campagnes d'aide dans des pays défavorisés, notamment avec les organisations suivantes : Amitié Haïti-Lévis (1991-1993), Secours Tiers-monde (1994-1997), l'Oeuvre du Lagon et l'Institut Brenda-Strafford (Haïti). Enfin, Camillien Saint-Pierre a aussi été président du comité de parents de Bellechasse et du comité d'école de Beaumont.

Camillien est même allé en Haïti en 1996 pour y faire du bénévolat et y ouvrir l'Hôpital Dispensaire Saint-Joseph de la Vallée. Il a d'ailleurs fait participer des personnes de Bellechasse : sa femme Céline Deschênes Saint-Pierre, Michel Noël, un mécanicien de Beaumont, Anne-Marie Gagné, infirmière et ancienne élève de Camillien, ainsi que le curé de Saint-Anselme. Enfin, de 2010 à 2012, il a aussi été secrétaire de la fabrique de la paroisse Saint-Étienne-de-Beaumont. En 2019, Camillien est encore très actif au sein de la communauté. Il s'implique particulièrement au sein du MIFFIL (Milieu d'intégration par la francisation pour familles immigrantes Lévis) où il enseigne le français aux nouveaux arrivants. Camillien travaille actuellement pour le comité de protection des animaux (CPA) du cégep Lévis-Lauzon.

Au cours de sa carrière, Camillien a publié de nombreux ouvrages. L'un de ses premiers ouvrages est un manuel de biologie paru en 1965 et a été rédigé avec la collaboration d'enseignants et d'étudiants. L'objectif d'un tel projet était d'accompagner le cours qu'il donnait à l'École des infirmiers et infirmières en 1965. Camillien a aussi publié des ouvrages ou des articles abordant les sujets le touchant de plus près comme la santé, le rôle des infirmiers et infirmières, les intervenants en soins préhospitaliers, la situation en Haïti et l'aide aux aînés.

Historique de la conservation :
Les documents sont conservés par Camillien St-Pierre à son domicile, à Beaumont. Les documents ont été numérisés à l'été 2019.

Portée et contenu :
Ce fonds contient le curriculum vitae et certains des écrits de Camillien St-Pierre. Certaines archives sont numériques alors que d'autres sont en version papier. Le fonds Camillien St-Pierre contient aussi des photos de ce dernier étant plus jeune, de sa famille et de ses activités professionnelles. Il y a aussi des objets et des épinglettes. Le fonds Camillien St-Pierre témoigne des changements dans la société durant la Révolution tranquille, des ouvertures de la profession d'infirmier et du rôle des cégeps dans la formation d'une profession importante pour la société. Au moyen de son implication bénévole, il est lui-même un témoin des problèmes passés et actuels de la situation en Haïti.



Notes :

Emplacement des originaux :
Les originaux sont conservés au domicile de Camillien St-Pierre.

Restrictions :
Certaines informations personnelles ont dû être cachées pour préserver la vie privée des personnes concernées.

Retour à la page d'introduction        Choisir les critères de nouveauté