Recherche simple
Chercher le(s) terme(s) dans Trier par
  
  54 / 0
P024
Fonds de la fabrique de Beaumont


Histoire administrative :
C'est en 1672 que Charles Couillard des Îlets reçoit en concession la seigneurie de Beaumont. Comme tous les seigneurs de Nouvelle-France, il a la responsabilité de peupler le territoire qui lui a été confiée. C'est pourquoi, dès son arrivée, il s'adonne à la tâche d'attirer des colons dans sa seigneurie. D'année en année, la population ne cesse d'augmenter et, en 1681, on compte huit familles résidant dans la seigneurie. Toutefois, les habitants ne sont pas en mesure de célébrer les offices religieux dans la seigneurie. L'érection d'une paroisse nécessite une population assez nombreuse pour pouvoir soutenir financièrement une église. Ils doivent donc se déplacer à l'église de la Pointe-Lévis.

C'est en 1692 qu'une mission est fondée dans la seigneurie et que les premiers registres sont ouverts. Le 2 décembre 1693, Louis Marchand, un des pionniers, donne à la fabrique de Beaumont, représentée par le marguillier Zacharie Turgeon, une terre d'un arpent de front sur deux arpents de profondeur afin de faciliter l'établissement d'une église et d'un presbytère. Dès le printemps 1694, les paroissiens se mirent à l'oeuvre afin de construire une première chapelle. La même année, un premier missionnaire résidant s'installe à Beaumont. En 1713, un premier curé est attitré au territoire et l'année suivante la paroisse de Saint-Étienne-de-Beaumont est officiellement érigée.


Portée et contenu :
Les documents qui constituent le présent fonds sont issus des archives paroissiales de la Fabrique de Saint-Étienne-de-Beaumont. Il s'agit de l'ensemble des documents amassés par la Fabrique au cours de son existence. Les archives paroissiales rassemblent toutes sortes de documents : des actes administratifs diocésains (lettres épiscopales, mandements, décrets, circulaires au clergé, directives et autorisations de toutes sortes), des archives se rapportant à tout corps administratif (marguilliers et syndics), ainsi que toutes sortes documents réunis ou produits par une personne physique ou morale qui a jugé pertinent de les léguer à la Fabrique (journaux personnels, correspondance, photographies, notes historiques, etc.).

Retour à la page d'introduction        Choisir les critères de nouveauté