Recherche simple
Chercher le(s) terme(s) dans Trier par
  
  20 / 0
P011
Fonds Famille Couët
- Env. 6,5 cm de documents textuels et autres documents.

Notice biographique :
En 1769, Germain Beaudoin, qui avait acquis l'année précédente le moulin sur la rivière à la Scie, construit une maison à Saint-Henri qui deviendra par la suite la Maison Couët. Cette maison se transmet dans la famille Beaudoin et subit des modifications par cette dernière jusqu'en 1828 alors qu'elle passe aux mains de la famille Couët lors de la seconde noce de Marie-Louise Aubé, veuve du cultivateur François Beaudoin, avec Charles Couët. La maison appartient alors à la famille Couët jusqu'au décès d'Yvonne, en 1992, dernière représentante de la dynastie Couët à Saint-Henri.
Charles Couët, né le 8 avril 1796 à Saint-Michel-de-Bellechasse, se marie le 22 avril 1828 avec Marie-Louise Aubé. De ce couple nait six enfants : Adolphe, Théophile, Théodore, Damase, Octave et Georges. Charles s'occupe de la ferme du premier mari de sa femme Marie-Louise ainsi que des économies familiales. En 1858, Marie-Louise décède à l'âge de 58 ans d'une maladie longue de sept ans qui vint à la paralyser. Le 6 décembre 1863, Charles fait la donation de sa maison à son fils Théophile, qui avait déjà entrepris des rénovations pour loger des travailleurs affectés à la construction du chemin de fer, à condition qu'il prenne soin de son jeune frère Georges et qu'il lui permette d'apprendre un métier. Théophile accepte la donation et Georges choisit d'apprendre le métier de forgeron. Charles décède le 15 novembre 1878.
Théophile Couët se marie avec Rose-de-Lima Boulanger en 1859. Les nombreux actes notariés présents dans ce fonds démontrent qu'il est un excellent administrateur et qu'il prête fréquemment de l'argent à ces concitoyens. Les archives de ce fonds démontrent également que Théophile est un ardent promoteur de la nouvelle église de Saint-Henri puisqu'il effectue plusieurs généreuses contributions lors de sa construction. Son poste de marguiller lui permet aussi d'acquérir d'anciennes portes de la sacristie de la vieille église qu'il installe dans sa maison. Théophile obtient l'emploi de transporteur des malles de Sa Majesté au bureau de poste de Saint-Henri le 1er novembre 1882. Il devient le quatrième maître de poste de Saint-Henri en 1888 et conserve cet emploi qui lui assure une stabilité financière jusqu'à sa retraite en 1898.
Philias, fils de Théophile Couët, se marie avec Marie-Emma Laliberté à l'âge de 23 ans à Sherbrooke. Quatre ans plus tard le couple s'installe à Québec. Marie-Emma Laliberté décède le 16 avril 1898. Sa fille Yvonne n'a alors que 5 ans. Les grands-parents Couët, qui gèrent à l'époque le bureau de poste de Saint-Henri, s'occupent alors des fillettes orphelines, Marie-Emma et Yvonne. Théophile Couët décède le 28 novembre 1903 et Rose-de-Lima se retrouve seule à voir à l'éducation des enfants. Philias, qui avait obtenu en 1897 un brevet pour les agrafes de soutien-gorge et de corsets, décide alors de quitter Québec et de retourner dans la maison familiale prendre soin de sa mère et de ses filles. Rose-de-Lima décède en 1911. Le 30 juillet 1912, Philias ramène le bureau de poste dans la maison familiale. Ses deux filles hériteront plus tard de la fonction de maître de poste.
Yvonne Couët, née le 14 septembre 1893, est une élève qui excelle à l'école. À 15 ans, elle est sélectionnée parmi les étudiants du couvent pour faire partie de la "classe modèle". Elle termine ses études en 1910 et les religieuses gardent d'elle le souvenir d'une jeune fille studieuse. Yvonne est très tôt passionnée par la littérature et écrit dans les journaux et revues de son époque. Elle écrit aussi plusieurs oeuvres littéraires au cours de sa vie, dont L'oncle Tom raconte et De çi, de ça. Après la mort de son père, elle prend la relève au bureau de poste avec sa soeur Marie-Emma jusqu'à sa retraite en 1956. Retirée dans la maison familiale à Saint-Henri, Yvonne Couët travaille à la généalogie des familles lévisiennes en étroite collaboration avec les Archives nationales du Québec. Au mois de mai 1984, suite à son hospitalisation à l'Hôtel-Dieu de Lévis, Yvonne est jugée inapte à demeurer seule il est décidé qu'elle demeurera à l'hôpital Notre-Dame de Saint-Michel. Elle y décédera huit ans plus tard, le 25 mai 1992, à l'âge vénérable de 98 ans et 8 mois. Pour cette femme qui s'était toujours intéressée à l'histoire de sa famille, le destin avait voulu qu'elle aille rejoindre ses ancêtres à Saint-Michel d'où était parti Charles au début du siècle précédent. Yvonne est inhumée quelques jours plus tard, le 29 mai 1992, dans le lot familial du cimetière paroissial de Saint-Henri.

Portée et contenu :
Ce fonds d'archives contient des photographies de la famille, des actes notariés relatif pour la plupart à la maison Couët, des exemplaires des livres d'Yvonne Couët, de la correspondance, des notes personnelles et des cartes mortuaires.


Notes :

Restrictions :
Restrictions à la consultation,
Restrictions à l'utilisation et à la reproduction des documents;
Restrictions à la publication.

Retour à la page d'introduction        Choisir les critères de nouveauté